Catégories
Le Bulletin

Lettre de l’Éditeur

Chers collègues,

Permettez moi de me présenter, je suis Jérémie, journaliste indépendant basé à Montréal, membre de S’ATTAQ et votre nouvel Éditeur du Bulletin d’organisation du Canadian Régional Organising Committee (CANROC).

Je compte utiliser mon expérience journalistique pour donner un peu plus de « pep » au Bulletin lui apporter quelque chose d’un peu plus chaleureux.

À chaque trimestre, je vais tenter d’interviewer des officier.e.s de chacune des Branches de CANROC et de rédiger un court billet sur les nouvelles et campagnes de chacune d’entre elles.

Ces histoires seront publiées tout au long du mois.

Attendez vous aussi a voir plus de contenu écrit par nos membres.

Je n’hésiterai pas à vous talonner pour y publier vos textes.

Parles nous donc d’à quel point ton boss vous crosse pis qu’essé que vous faites pour changer ça?

Dans le but de rendre cette publication plus attrayante et accessible aux membres, je compte apporter beaucoup de changements au Bulletin.

Pour débuter, au lieu de publier à chaque trimestre un long document remplis de rapports entremêlés des articles de vos collègues, je vais scinder le Bulletin en deux.

Les articles seront dorénavant publiés sur le site de CANROC, IWW.ca, à la manière d’un blog tandis que les rapports entiers seront mis à votre disposition sur les Interwob, le forum privé du syndicat.  Le tout dans les deux langues officielles, bien sûr.

Je vais aussi essayer de vous montrer à quoi CANROC vous sert.

Grâce à de longues années de saine gestion et dû à une force croissance de notre membrariat, nous avons à votre disposition* un surplus de plusieurs dizaines de milliers de dollars, pour vos campagnes, défenses légales ou achat de marchandise, name it!

*Certaines conditions s’appliquent.

J’vais vous en dirai plus dans mon premier billet;

«Le CANROC, qu’ossa donne?»

À force d’accepter des tâches syndicales un peu au hasard, j’ai obtenu un accès privilégié auprès des divers comités du North American Regional Administration (NARA), entre autres, au seins du General Executive Board (GEB) ainsi que du Organising Department Board (ODB).

Je vous donnerai donc régulièrement des nouvelles sur les affaires qui affectent nos membres vivant partout au Canada.

Saviez-vous que le GEB compte finalement incorporer une filiale du IWW au Canada?

Vous en saurez plus dans mon prochain article ou je vais tenter d’interviewer FW Liss, présidente du GEB et officière de liaison avec CANROC.

CANROC ça sert aussi à défendre les intérêts des wobblies vivant au Canada auprès de NARA.

Au Bulletin, on va essayer de comprendre comment ça que le site web est pas encore traduit en Français et en espagnol pis pourquoi donc, qu’ils acceptent pas les cartes débit canayennes pour payer nos cotisations? Comme dirait l’autre, que faire?

J’ai entendu dire entre les branches que bientôt, un comité technique conjoint sera lancé avec l’aide de Edmonton General Membership Branch, c’est un projet conjoint entre les branches affiliées à CANROC et de Edmonton GMB qui n’est pas membre de CANROC.

Saviez-vous que toutes les Branches au Canada ne sont pas affiliées à CANROC mais que, étrangement, la section de Montréal est affilié à ce qu’on pourrait décrire comme «le IWW au niveau Fédéral»? On aura tout vu!

En tout cas, ce comité technique essaiera de fournir un hébergement Web gratuit, des boîtes de courriel et d’autres trucs de nerd à toutes les branche et campagnes qui pourraient en avoir besoin, tout ça, gratuitement !

Je n’ai pas encore beaucoup de détails mais ça me semble être une bonne idée de partager nos ressources et notre main-d’œuvre (professionnelle) pour notre cyberinfrastructure. Je vous tiendrai au courant avec mes Dépêches du « Front commun cybernétique » (Ok, j’ai inventé cette dernière affaire, personne dit vraiment ça).

Je tiens à remercier tout le travail accompli par l’éditeur qui m’a précédé, Felix Fuchs.

Felix a réussi à remettre sur pied un Bulletin qui avait été laissé à l’abandon depuis plusieurs années avant son arrivée.  Malgré ses capacités limitées en français, il a réussi à traduire tous les rapports et articles qui y sont parus.  À un point tel que je croyais qu’il était parfaitement bilingue.  Sans le tout travail accompli par Felix, il m’aurait été impossible de pousser le Bulletin encore un peu plus loin.

Je crois pouvoir parler au nom de tous les wobblies francophones en remerciant énormément tous les efforts de francisation de CANROC menés par des officier.e.s largement Anglophones. C’est d’la belle solidarité ça.

Faites vous en pas pour le bilinguisme chez CANROC, c’est pour rester.

Comme pour vous, cette nouvelle mouture du Bulletin sera toute nouvelle, et tout comme vous la dernière année a été éprouvante. Je vais devoir développer un tout nouveau workflow et bâtir un réseau de contacts (en plus de devoir traduire toutes vos maususes de rapports). Je vous demanderais donc d’être un peu patient pendant que le Bulletin et moi, on se remet en forme.

Juste en vous écrivant ça, j’suis tout agité!

J’ai bien hâte d’avoir de vos nouvelles!

Solidarité jusqu’au boutte,

Jérémie, Montréal